Blog

L’abolition du mariage civil : tout le monde serait perdant

« Si on abolit le mariage civil, les couples qui veulent les mêmes droits et responsabilités assurés par le mariage seraient obligés d’enregistrer leur partenariat avec le gouvernement. Puis, s’ils veulent aussi se marier, il leur faudrait ensuite participer à une cérémonie religieuse. Et que faire des couples qui ont déjà un mariage civil? »

 

« Auparavant, si on voulait se marier, il fallait le faire par une cérémonie religieuse. Or maintenant, les gens qui ne veulent pas de cérémonie religieuse ont l’option d’un mariage civil. » Entre 1950 et 1970, les provinces ont adopté le mariage civil afin de répondre à la demande des couples qui ne désiraient pas une cérémonie religieuse.

 

« L’égalité devrait signaler qu’on rehausse tout le monde, pas qu’on réduise les droits de tous, » ajoute Monsieur Arron. « En 1958, on a ordonné aux autorités de Montgomery, en Alabama, d’éliminer la ségrégation raciale dans les parcs publics de la ville. Plutôt que de permettre aux personnes noires d’utiliser les parcs, on les a fermé pour tout le monde. L’abolition du mariage civil ressemble à ça – on élimine une institution publique plutôt que de permettre à une minorité d’y avoir accès. »

 

« Si le gouvernement épouse la nouvelle proposition du Parti conservateur, ce serait affreux, » ajoute Gilles Marchildon, directeur général d’Égale. « Plutôt que d’envoyer un messsage positif que les relations des couples de même sexe ont une valeur égale, cela enverrait le message contraire – que nos relations saliraient l’institution du mariage au point où il vaudrait mieux abolir l’institution au complet plutôt que de nous permettre d’y avoir accès. »

 

« Nier à tous la possibilité de se marier dans une cérémonie civile, » dit Monsieur Marchildon, « créerait un tollé de protestation chez les personnes hétérosexuelles. Plusieurs de celles-ci, privées de la possibilité de pouvoir se marier, blâmeraient la communauté des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres pour la perte de leurs droits. »