En cette journée internationale de la visibilité intersexe, Egale Canada lance une nouvelle campagne pour sensibiliser la population aux questions de droits de la personne qui concernent les personnes intersexes et pour encourager tout le monde à se mobiliser pour mettre fin aux interventions chirurgicales visant les personnes intersexes au Canada.

Les principaux groupes de défense des droits de la personne comme les Nations Unies, Physicians for Human Rights et Human Rights Watch, ainsi que tous les organismes dirigés par des personnes intersexes, ont condamné les interventions chirurgicales effectuées sur les enfants intersexes. Joignez-vous à nous pour demander au gouvernement canadien de respecter ses obligations envers les organes de traité en droit international.

Arrêtez les interventions médicales qui nuisent à la santé et au bien-être des personnes intersexes. Ensemble, nous pouvons raconter nos corps, nos histoires.

Histoires de vie de personnes intersexes

Voix supplémentaires

Je suis un gros bébé nouveau-né en santé. Mes médecins insistent à intimider mes parents pour les convaincre de modifier mes parties génitales afin qu’elles aient une « apparence cosmétique plus agréable. »

– Max à 2 jours de naissanceax

Mes médecins veulent que je grandisse, que je me marie et que j’aie des rapports sexuels avec mon mari. Ils et elles proposent des interventions chirurgicales qui engendreront plusieurs complications graves pour ma santé en grandissant.

– Ashley, 11 ans

J’ai suivi un cours sur le genre et la sexualité à l’université. Ce cours m’a permis de recueillir et d’obtenir des réponses concernant mon passé médical.

– George, 20 ans

Je suis terrifiée d’avoir des besoins médicaux croissants. Je redoute de devoir trouver des soins de santé affirmatifs ou un foyer de soins de longue durée où l’on comprend mon intersexualité

– Esther, 62 ans

Toutes ces voix partagent des expériences d’isolement et les conséquences dévastatrices des mutilations génitales intersexes. Nous pouvons mettre fin à cet isolement en favorisant la création d’une communauté. Il est également venu le temps de mettre fin aux mutilations génitales pratiquées sur les personnes intersexes.

#NosCorpsNosHistoires

Renseignements sur les MGI

Mutilations génitales intersexes (MGI)

Que sont les MGI?

Une mutilation génitale intersexe est le procédé utilisé par les médecins pour « corriger » les variations intersexes. Par les interventions chirurgicales et l’administration de médicaments, le corps d’une personne intersexe est mutilé afin qu’il se conforme à l’apparence stéréotypée d’un corps.

Pourquoi ont-elles lieu?

Lorsqu’une personne (souvent des bébés ou des enfants, mais également de jeunes adultes, comme certaines personnes ne pourraient pas être au courant de leurs variations intersexes avant la puberté) reçoit un diagnostic de pathologie intersexe, les professionnel.le.s de la santé traitent la variation intersexe comme quelque chose qu’il faut « réparer » ou « corriger ». Les professionnel.le.s de la santé justifient ces opérations normalisatrices avec les raisons suivantes:

  • L’enfant doit subir des modifications afin de produire le lien parental;
  • Un enfant doit avoir un corps qui reflète les normes afin de développer une image de soi-même positive;
  • Sans intervention, l’enfant intersexe court plus de risque de développer un cancer;
  • Il vaut mieux intervenir rapidement afin que l’enfant ne se souvienne pas d’avoir subi ces opérations;
  • Ces opérations permettront à l’enfant de mieux « s’intégrer ».

Il n’y a aucune preuve scientifique pour soutenir ces affirmations.  

Pourquoi les MGI sont-elles néfastes?

Le processus par lequel les médecins « réparent » les variations intersexes est souvent non consenti et néfaste pour la personne intersexe. Par les interventions chirurgicales et l’administration de médicaments, le corps d’une personne intersexe est mutilé afin qu’il se conforme à l’apparence stéréotypée d’un corps. Dans la plupart des cas, ces interventions ne sont pas médicalement nécessaires et peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur les parties génitales et le système reproducteur d’une personne. Ces conséquences peuvent inclure : manque de sensibilité, relations sexuelles douloureuses, incontinence, et les traitements à vie de substitution hormonale. De nombreuses personnes intersexes ont subi des opérations génitales non consenties lorsqu’elles étaient bébés ou enfants. Plus tard, elles en viennent à considérer ces interventions comme une violation de leur corps, semblables à de l’abus sexuel.

Par exemple: Les médecins ont traditionnellement pris ou recommandé des décisions sur quel sexe assigner à un bébé intersexe principalement selon la facilité de l’intervention chirurgicale à effectuer. Dans les cas où il est déterminé que le pénis du bébé est trop petit, les médecins pourraient proposer l’amputation et assigner le sexe féminin à l’enfant, simplement parce que c’est plus facile d’enlever des tissus que d’en rajouter.

Foire aux questions

Que signifie « intersexe »?

Le mot intersexe se dit d’une personne dont les différences chromosomiques, hormonales ou des organes génitaux n’entrent pas dans la classification conventionnelle homme-femme.

Est-ce qu’être intersexe est une identité de genre?

Pas exactement. Tout comme les personnes qui n’ont pas un corps intersexe, les gens qui présentent des variations intersexes peuvent avoir différentes identités de genre. De nombreuses personnes intersexes considèrent l’intersexualité comme quelque chose que les professionnel.le.s de la santé leur ont assignée ou diagnostiquée, et que ce n’est donc pas, pour elles, une identité.

Combien de gens sont intersexes?

Certaines études indiquent que 1,7 % de la population est intersexe, mais le nombre exact est souvent contesté pour plusieurs raisons, dont les suivantes :

a) il existe une grande diversité de traits intersexes,
b) ces traits ne sont pas toujours évidents pour les professionnel.le.s de la santé ou les personnes concernées elles-mêmes,
c) on manque de données concernant les diagnostics et les interventions des médecins, et ce, parce que selon les justifications bureaucratiques, les rendre disponibles porterait atteinte à la vie privée.

Quelle est la différence entre les personnes intersexes et trans?

La variation intersexe est un diagnostic médical qui indique que les caractéristiques sexuelles d’une personne ne se conforme pas aux attentes médicales et sociales de l’apparence d’un corps.

  • Les personnes trans ont une identité de genre qui n’est pas la même que le sexe qu’on leur a assigné à la naissance.
  • Les personnes intersexes subissent des opérations chirurgicales et la prise de médicaments néfastes sans leur consentement..
  • Les personnes trans veulent souvent subir des modifications chirurgicales et l’hormonothérapie, mais elles éprouvent souvent des difficultés à obtenir les services médicaux dont elles ont besoin.

Ressources supplémentaires

Carte du monde des organismes intersexes

Axys
Organisme sans but lucratif consacré à traiter les besoins des personnes présentant un ou plus d’un chromosome X ou Y supplémentaire, et pour mettre de l’avant des mesures pour aider à améliorer la vie de ces personnes et de leurs familles.

Canadian Intersex Network
Réseau communautaire destiné aux personnes présentant une variation intersexe.

InterACT
Organisme de défense des jeunes personnes intersexes.

Interface Project
Histoires et vidéos qui explorent les expériences vécues par des personnes présentant une variation intersexe.

Intersex Human Rights Australia
Un organisme sans but lucratif national fondé par et pour des personnes nées avec des variations de leurs caractéristiques sexuelles. Anciennement connu sous le nom d’OII Australia.

Intersex Justice Project
La campagne #EndIntersexSurgery (Mettre fin aux opérations intersexes).

Intersex Society of North America
Bien que cet organisme ne soit plus actif, leur site Web reste en ligne et inclut des ressources et renseignements utiles pour les parents et les personnes intersexes.